Sur notre chemin, en Slovénie, nous avions croisé un allemand qui nous a vendu la République Tchèque à vélo : de belles voies, bien indiquées, de beaux paysages… Voici, ce que nous en avons pensé…

Nos premières impressions
Nous passons tranquillement la frontière une fois de plus dépeuplée mais quelques mètres après cette douane fantôme, la frontière se différencie des autres. En effet, il y a de l’agitation : des dizaines de voitures parquées, des centres commerciaux et restaurants d’un autre âge, des commerces de cigarettes et d’alcools à la sauvette tous tenus par des chinois ! Étonnant.

Nous passons notre 1ère nuit dans un Canoë Camp : figurez-vous un camping de festival où les tentes, voitures et feux de camp s’entassent au bord d’une rivière. Les touristes sont essentiellement tchèques comme partout dans le pays (Prague exclu, bien sûr) et sont friands de voyages semi-itinérants en Canoë.

On dit des français qu’ils refusent de parler anglais (ou qu’ils ne le parlent simplement pas) mais vous n’avez pas encore rencontré les tchèques ! Notre tchèque n’est pas au top et les gens sont de nature méfiante. Même les petites jeunes de l’office de tourisme ne comprennent pas un mot… Cela rend la communication difficile et les rencontres rarissimes ! De plus, aucun warmshower n’est sur notre route. Des explications sur le pays et ses habitants nous manquent rapidement mais nous avons le temps d’observer et de faire nos propres déductions.

Entre patrimoine et calme « plat »
Nous sommes censées suivre la Vltava, rivière qui traverse le pays du Sud au Nord en passant par Prague. En réalité, nous sommes souvent éloignées du bord de l’eau car la Vltava est la plupart du temps dans des gorges et très méandreuse. Les spots près de l’eau sont très agréables mais se font rares : la magnifique ville de Cesky Krumlov (classée au patrimoine mondial de l’Unesco), le château de Zvikov, la baignade à Stare Zivohost et Melnik valent le détour !

Le reste du temps, nous sommes donc perchées sur de hauts plateaux et des collines à perte de vue (impossible d’imaginer qu’une rivière coule juste là!). On traverse des micros-villages plus ou moins déserts, parfois une grosse entreprise le fait vivre (industrie ou coopérative agricole) mais pas d’inquiétude, il y a toujours une épicerie et un pub un peu glauque où boire une pinte à 25 Kc (l’équivalent d’1€). Les champs de colza, pavot, fourrage, pois s’étendent à l’infini (pas de jolies haies pour la biodiversité et pour cacher notre tente). Parfois se dressent des coopératives gigantesques, héritages de la collectivisation. Les tracteurs chargés de balles de foin se croisent mais pas de bétail en vue, nous comprenons que l’élevage est plutôt intensif, tout le monde à l’intérieur !

Cette étape du voyage que l’on imaginait au bord d’une rivière toute mignonne, sans dénivelé s’avère très collineuse, les températures estivales grimpent et…les routes ne sont finalement pas aussi parfaites que ce que ce cher monsieur nous avais promis !

Vive le VTT et les escaliers !
Il n’y a pas à dire, chapeau les tchèques ! Des routes vélos partout, une signalisation irréprochable, des voies numérotées (on n’a pas trop compris la logique des numéros mais là n’est pas le problème). Le seul soucis, c’est que rien n’est adapté au tourisme à vélo, les cartes oublient de mentionner si les routes sont asphaltées, praticables…ou pas ! Oui bon d’accord, on est exigeantes, il faut bien se plaindre un peu de temps en temps mais…des chemins défoncés, du sable ou encore même des escaliers, c’est pas vraiment idéal avec nos vélos chargés ! Parfois sous un soleil de plomb, il nous faut pousser notre attirail et 4km en 1h, c’est un peu déprimant. Après plusieurs expériences de ce type, nous emprunterons plutôt des routes classiques quitte à faire des détours de plusieurs km.

Retour à la ville
Nous passons quelques rudes journées solitaires de ce type et c’est excitées comme des puces que l’on entre dans Prague ! Merci Pascal pour ton accueil, tu ne te rends pas compte à quel point tu es tombé à pic ! Appartement tout confort, bonnes discussions, bons plans, on pro-fi-te. Marie ayant vécu 6 mois ici en Erasmus, on se promène et on est fière de ne pas être des « vraies » touristes (on fera quand même un selfie avec nos vélos et le château !). Petit repas sur une péniche de la Vltava, balade nocturne dans le centre historique, tournée des bars préférés de Marie, grande marche dans les parcs Petrin et Letna. Finalement, pas très reposant, on a à nouveau des km pleins les pattes !

Ah oui, dernier détail sur Prague…il y a des trams partout et donc des rails de tram partout…Marie effectue son premier « baptême de l’air » ! C’est assez impressionnant mais aucun tram ou voiture ne se carambole, on a de la chance ! Marie s’en sort couverte de bleus et avec une belle égratignure au coude, on est un peu refroidie mais après avoir repris nos esprits, on repart !

2 jours plus tard, nous débarquons sur le sol germanique ! Cette dernière frontière est vraiment agréable. Nous découvrons une continuité architecturale entre les deux pays avec de magnifiques maisons traditionnelles ! La région de Zittau où se trouve la ferme de notre dernier wwoofing est particulière car encadrée par la République Tchèque et la Pologne, on l’appelle Dreiland (les trois pays). Se déroule devant nous de nouveaux paysages : collines, villages traditionnels, lacs et centrales à charbons ! Nous arrivons 5 km après la frontière à Bertsdorf-Hörnitz, bienvenue à « Ziegen Käserei » !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s