Élément essentiel au voyage, il a fallu que Marie trouve une monture à sa taille ! Nous voilà donc parties pour une virée à Robion (dans le Vaucluse), un 26 et 27 janvier avec l’espoir d’un rayon de soleil. Les premiers réglages faits, le vélo semble convenir (youpi!). Ce n’est pas sans hâte que nous nous précipitons pour partir en balade. Après quelques kilomètres, le sourire aux lèvres, on s’imagine déjà le jour du vrai départ…

DSC05747
Sur le pont Julien, ils sont beaux nos vélos !

Nous progressons sur la voie verte du Calavon avant de grimper au village de Roussillon et admirer ses terres d’ocres, petit détour par Gordes et Cabrières d’Avignon pour un retour à la case départ. Ce sont des villages désertés de touristes que l’on traverse ce mardi de janvier, étrange sensation pour Pauline originaire de la région et habituée aux bouchons causés par les bus de tourisme !

Il est parfois bon de prendre le contre-pied de l’agitation et du rythme de notre société pour aller pédaler un jour de semaine qui plus est grisâtre et hivernal, la notion de temps en est transformée.

Le lendemain, nous sommes conviés au potager d’un curieux à Saignon par Jean-Luc Danneyrolles, heureux occupant des lieux depuis 30 ans. Dans un soucis de cohérence et d’une irrésistible envie de remonter en selle, nous grimpons à vélo (non sans difficultés !) au village en traversant Bonnieux et le plateau des Claparèdes.

DSC05790
Installation hivernale et éphémère sur les belles terrasses de cultures d’aromatiques !

Nous sommes accueillies dans la yourte de Jean-Luc où règne une paisible atmosphère, le poêle ronronne doucement, la table basse est jonchée de sachets de graine (l’ensachage est l’activité principale du moment), le chien Bacchus reste sur le pas de la porte et nous observe attentivement.

Jean-Luc est seul et c’est plutôt rare, il y a une période de l’année où il préfère renvoyer tout le monde chez soi et se retrouver avec lui-même. C’est avec une grande simplicité que nous partageons le repas, les conversations vont en tout sens. Nous apprenons que Jean-Luc est un autodidacte, il se lance très jeune dans la création de ce lieu, lieu pour ainsi dire indéfinissable : conservatoire de semences locales et paysannes, accueil de woofers, résidence d’artistes, maison à projets, laboratoire d’idées, lieu de passage, lieu d’apprentissage … Jean-Luc nous parle de ses quatre enfants, plus différents les uns que les autres. Il nous parle de toutes ces années de travail, de ce juste équilibre nécessaire pour la vie en communauté qui ne s’apprend pas en une nuit.

Après 30 années d’activités effrénées, le jardin et le jardinier auront le droit cette année à un repos bien mérité, Jean-Luc s’est décidé à laisser le lieu en pause pour une saison. Nous visitons par nous-mêmes les jardins, la basse-cour,  la bibliothèque de semences … Émerveillements à chaque détours, enchantements du lieu, l’ambiance est paisible, le soleil pointe même le bout de son nez ! Mais c’est déjà l’heure de rentrer en Alsace par le train qui ne nous attendra pas ! Merci à Jean-Luc pour ses quelques heures, jardiniers du dimanche ou confirmés, n’hésitez pas à consulter son catalogue, la vente est toujours possible cette année !

DSC05817
Rayon de soleil inespéré…le sud a du bon !

Pour finir, retrouvez la liste de semences que nous avons acheté au potager, suivez la construction de notre petite banque de graines et de leur diffusion => ici !

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s